Le journal de Barie Mai 2014
Une double page pour l'Opéra de Barie
Vendredi 16 Mai 2014
Ci-dessous un aricle publié dans le journal de la commune de Barie (Mai 2014) :






Une affiche très prometteuse



Opéra de Barie, Livret 7

Les années passent et l’Opéra de Barie fait dorénavant partie du paysage. Depuis 2008, il réunit chaque été plus d’un millier de spectateurs au pied de l’église. Son fondateur et directeur artistique, Jean-Marc Choisy, lève le voile sur l’édition 2014.


Le leçon de chant électromagnétique (25 minutes)

Toccato est un professeur de chant italien un peu fantasque qui prétend pouvoir faire chanter n'importe qui grâce à sa méthode "néo-nervoso-électro-magnétique", même le plus bête, le plus crétin, le plus idiot... Justement, un candidat dans la salle répond à ces critères exigeants. L’analyse de Jean-Marc Choisy : « C'est une œuvre très courte et très pétillante de Jacques Offenbach qui demande deux belles voix car l'ouvrage n'est pas sans difficultés pour les chanteurs. Avec Michel Ballan en Toccato et Audrey Hostein en Jean Matois, il est certain que cette production de l'Opéra de Barie deviendra sans doute la nouvelle version de référence pour les collectionneurs avertis ».

L’Alchimiste(40 minutes)

Phosphorus (Christian Lara) est un Alchimiste un peu illuminé qui confectionne un automate auquel il souhaite donner vie afin de le marier à sa fille Glycida (Magali Klipffel). Cette dernière qui, en pince pour Euphone (Jean-François Dickstein), le fils du pharmacien, n'est pas très enthousiasmée par l'idée de son père : elle préférerait épouser Euphone qui, certes n'a pas "de Grec, ni de Latin" dans son logiciel, mais conte fleurette comme personne... L’analyse de Jean-Marc Choisy : «L'Alchimiste est une œuvre complètement oubliée d'Hervé, l'inventeur de l'Opérette. Elle a été redécouverte grâce à l'Opéra de Barie via un manuscrit conservé à la Bibliothèque Nationale de France. La partition a été ré-éditée par les soins de l'association. On est là dans du pur Hervé : superbe musique et loufoquerie de tous les instants, agrémentées d'un zeste de poésie... un très beau moment en perspective !

Jeanne qui pleure et Jean qui rit (50 minutes)

Jeanne est une belle et malicieuse meunière qui aime le fougueux Savinien. Mais selon une disposition du testament laissé par feu son cher parrain, elle est menacée de devoir épouser celui qui viendra acheter au prix fort le moulin dont elle a hérité ! Et elle en a repoussé des prétendants ! Après tant d’années d’efforts pour réunir la somme nécessaire au rachat, Savinien se laissera-t-il doubler par le vieux barbon Cabochon et son fils ? Jeanne, aidée par son amant, va mettre en œuvre maints stratagèmes pour mettre les « envahisseurs » hors d’état de nuire.

L’analyse de Jean-Marc Choisy : « Claire Beaudouin, soprano promise à un bel avenir lyrique, relèvera le défi lié à ce rôle exigeant et nous régalera des performances vocales de la partition. La difficulté de ce rôle n'est d'ailleurs pas d'aujourd'hui car les auteurs ont imaginé deux fins différentes pour le cas où la soprano serait trop fatiguée».

0 commentaire
0 + 9 =
.