Trois œuvres à faire revivre
Article du Sud-Ouest du 9 août 2013
Vendredi 09 Août 2013






Opéra de Barie : trois œuvres à faire revivre.


« Deux chanteurs sans place » de Hervé, « Coco Bel-Œil » de Collin et « Il Signor Fagotto » d’Offenbach sont les trois opérettes présentées les 13, 14, 16 et 17 août.
La troupe de l’opéra de Barie, en répétition dans son séchoir à tabac.


Comme à son habitude, Jean-Marc Choisy, créateur de l’Opéra de Barie, propose à son public les 13, 14, 16 et 17 août, trois ouvrages rares, entendus nulle part ailleurs depuis des décennies.

Devenu l’un des uniques bastions de l’opérette en France, le festival donnera à entendre, outre du bel canto en ouverture, des pièces de Hervé, de Collin et bien sur d’Offenbach.

1 « Les Deux chanteurs sans place » (1866)

En lever de rideau, « Les Deux Chanteurs sans place » de Hervé (Louis-Auguste-Florimond Ronger) est un duo bouffe en un acte d’une douzaine de minutes entre un ténor (Audrey Hostein) et un baryton (Cyril Fargues), qui raconte les grandeurs et désillusions de deux anciens camarades du conservatoire qui se voyaient… « en haut de l’affiche ».

2 « Coco Bel-Œil » (1881)

Célèbre chansonnier de la fin du XIXe siècle, Lucien Collin signe la musique de « Coco Bel-Œil », une opérette vaudevillesque en un acte, mettant en scène quatre personnages truculents qui promettent du rire et de la bonne humeur tant les rebondissements s’enchaînent rapidement.

L’action se passe à Milan en 1796 au moment où l’armée française vient d’en chasser les Autrichiens. Un apothicaire, joué par Christian Lara, myope comme une taupe, a perdu ses précieuses lunettes. Il s’apprête à rejoindre sa maîtresse en faisant croire à son épouse Margarita (Brigitte Farge) qu’il part en voyage. Cette dernière est courtisée par Joli Cœur (Cyril Farges), un sergent de l’armée française qui s’enorgueillit de n’avoir qu’un seul rival, en l’occurrence le fameux Coco Bel-Œil (Jean-Marc Choisy).

3 « Il signor Fagotto » (1863)

« Il Signor Fagotto » est une opérette en un acte de Jacques Offenbach trop rarement jouée, où six personnages (fait d’exception) se partagent la scène au rythme d’une musique joyeuse. Le fameux morceau « Compositeur Muzicien » chanté par Fagotto, alias Baccolo le valet (Audrey Hostein), est à retenir. Monsieur Bertolucci (Christian Lara) est un amateur de musique qui entretient une correspondance soutenue avec il signor Fagotto. Sa charmante fille Clorinda (Claire Baudouin) est très éprise de son professeur de musique Fabricio (Cyril Fargues), mais il souhaite la marier à un vieil antiquaire nommé Caramello (Michel Ballan). Moschetta la servante (Magali Klippfel) se désespère de cette union contre nature. Baccolo le valet imagine alors un stratagème pour que Bertolucci change d’avis tout en promettant à Moschetta de l’épouser s’il parvient à ses fins.


Par Marie-Hélène Saint-Raymond Fazembat



0 commentaire
7 + 7 =
.